Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 11:00

laforcetranquille_1981.jpg

C'était il y a 15 ans, je venais de prendre mes fonctions d'attachée de presse de Philippe Madrelle, le Président du Conseil Général de la Gironde. Il faisait beau et nous étions en train d'inaugurer avec Gilles Savary la résidence de l'EUROPE rue Carpenteyre à Bordeaux.


A un moment donné dans la visite avec la presse, Alain Bauderon de Witt FM tend le micro à Philippe Madrelle en lui disant "Président, François Mitterrand vient de mourir on peut avoir un réaction ?" 

 

Il était tôt ... J'ai le souvenir d'avoir vu mon patron accuser le coup et rentrer dans ce silence qu'il manie si bien. Madrelle est un homme qui parle les silences et ce jour là il avait le silence profond. 

 

Revenu très vite à la voiture, il a pris son téléphone et je me souviens qu'il a téléphoné à Pierre Garmendia, le complice de toujours. Ils ont parlé longtemps à voix basse comme pour ne pas bousculer les souvenirs. Nous sommes rentrés au Conseil Général sans un mot. J'avais le sentiment d'avoir perdu quelque chose qui faisait le ciment d'une partie de ma vie. Je n'osais pas pleurer mais les larmes étaient bien là.  J'avais pris mes nouvelles fonctions, le Président Mitterrand serait inhumé quelques jours après, le jour où nous avions fixé les voeux à la presse du Président Madrelle et nous devions tout annuler. Le cours des choses devait continuer. Je me souviens d'avoir poussé la porte de mon Directeur de Cabinet, Christian Laurissergues et de lui avoir demandé qu'il me parle de Mitterrand. Il m'a raconté et m'a montré comme souvent avec les mots justes ce que je devais retenir et comment agir. 

 

Le soir nous nous sommes retrouvés près de la place Pey Berland à Bordeaux et je me souviens des mots que j'avais dit à Benoît Lasserre de Sud-Ouest en réponse à sa question "qu'est ce que tu éprouves ? " : "J'ai l'impression de marcher à coté de mes pompes depuis ce matin, j'ai perdu le fil du temps, je me sens orpheline. "

 

J'ai jamais perdu ce sentiment depuis ce jour là. François Mitterrand n'était pas un homme parfait, il a fait des choses que je n'ai pas aimé, que je n'ai pas comprises, que j'ai combattu mais il demeure pour moi le creuset de mon engagement, celui qui encore aujourd'hui me manque dans mes combats militants. J'ai la chance d'avoir croisé et travaillé avec des hommes et des femmes qui portent ses valeurs et sa lucidité mais parfois le vide qu'a laissé Mitterrand pour la Gauche reste bel et bien ouvert. 

 

Grâce à ce blog et un article que j'ai écrit en mai 2009, j'ai été contactée par les équipes de Marie Drucker et de "C'est notre histoire" qui diffusera dimanche 9 janvier à 20h30 sur France 5 une émission consacrée au 10 mai 1981. Je n'ai rien oublié de ce jour là et il a été sans aucun doute le commencement de mon engagement qui s'est concrétisé par mon adhésion au Parti Socialiste il y a plus de 20 ans.

 

Certains jours je doute mais je fini par revenir sur ces paroles de Mitterrand qui sont toujours d'une cruelle actualité et ça me guide encore : " Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment Liberté Egalité Fraternité, aucun volontaire n'est de trop. "

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-Christine Darmian-Gautron - dans aux pensées citoyens
commenter cet article

commentaires

filounette33 11/02/2011 15:45



Non seulement il manque mais le bling bling  a remplace la classe mais la culture n'est plus au rendez vous



TESTUT 11/01/2011 19:07



Du temps de François Mitterand, la France était bien représentée, écoutée, respectée. Aujourd'hui,....je vous laisse juge....


Le bling bling a remplaçé la "classe".



BOY Junior 11/01/2011 12:31



Pour ceux qui auraient raté votre passage à la télé, il ya rattrappage sur:


http://www.pluzz.fr/c-est-notre-histoire.html


 



Madonette 09/01/2011 12:23



André m'avait dit que tu avais enfin franchi le pas. Ma petite Christine ( et oui pour moi c'est Christine et pas Marie ) comme je suis heureuse du fin fond de ma retraite béarnaise de te
retrouver. Comme il est loin le temps où tu éclairais nos journées avec tes rires et tes mots. Comme tu as grandi, comme tu es belle. Tu vois je m'y suis mise aussi à internet je garde ainsi une
vue sur le monde même si parfois il me rend bien triste mais en lisant tes mots je sais que tu te bats encore et ça me rend fière. Je vais te regarder ce soir sur France 5. Continue Christine,
reste comme tu es. J'ai en moi la bouille d'une enfant qui n'avait peur de rien, fidèle à ses amis jusqu'au bout, parfois révoltée, en colère contre la course du monde mais toujours dans les yeux
la petite étincelle qui éclairait toute une journée quant on savait la voir ! 


Avec toute ma tendresse, ta vieille madonette qui pense à toi et André t'embrasse aussi.



Florence 08/01/2011 09:59



Publié sur Face Book


Je me rappellerai toujours moi aussi ces deux jours là, le premier était un
jour de joie immense, le deuxième m'a profondément affectée, je me rappelle être restée dans ma voiture pendant une heure de temps ayant l'impression d'avoir aussi perdu un être hors du
commun....



Marie-Christine Darmian-Gautron 09/01/2011 08:07

C'est bien ça il nous manque !

Présentation

  • : Aux Pensées Citoyen !
  • Aux Pensées Citoyen !
  • : Il est citoyen, vigilant, mais aussi sur l'air du temps, Créon, la Gironde... cherche et tu trouveras Bonne lecture.
  • Contact

Un Peu Sur L'auteur ..

  • Aux pensées Citoyen !
  • Ancienne journaliste, Directrice territoriale,  Présidente du Comité Les Arbres de la Laïcité Gironde - Aquitaine
  • Ancienne journaliste, Directrice territoriale, Présidente du Comité Les Arbres de la Laïcité Gironde - Aquitaine